Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

flo par macaron pn

Crédit photo: Michel Daubrosse

floboux@gmail.com

Recherche

Archives

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 16:27

 

http---www.percheesurmabranche.fr.jpg

source image

 

 

Rien ne vaut un changement de maison qui se profile pour être obligée avoir envie de faire un bon tri.

 

Le désordre bloque l'énergie

 

J'avais lu voici quelques années, le fameux livre de Dominique Loreau "L'art de la simplicité". Ce livre avait été un premier déclencheur pour moi, une vraie prise de conscience que l'accumulation d'objets inutiles freine tout ce qui peut arriver de beau et de nouveau dans notre vie ... Dans tous les domaines ...

 

 

9782501051040.jpg

 

 

 

Mais petit à petit, ma maison s'est remplie et je trainais pour faire le tri (pas facile de dégager le passé, n'est-ce-pas ?)

 

A partir du moment où une amie m'a conseillé le livre de Karen Kingston, cela a été règlé.


 

karen-kingston.jpg

 

 

Karen Kingston, c'est la grande prêtresse du Feng shui en Angleterre et je vous défie de ne pas avoir envie de vous y mettre à votre tour après l'avoir lu.

 

Comprendre pourquoi nous avons besoin de tout garder.

 

Dans la première partie du livre elle nous explique pourquoi nous avons tendance à stocker (pour nous protéger, par peur de manquer, etc ...)

 

Pourquoi est ce si important de faire du tri.


Elle nous explique ensuite l'importance de se débarrasser du désorde.

 

"Ne vous contentez pas du second choix.

Si vous ne vous nourrissez que du meilleur,

cela attirera le meilleur dans d'autres domaines de votre vie"

 

Tous les témoignages de changements d'état ou même de vie qu'ont vécu ses consultants après avoir fait du tri, sont très motivants.

 

Ensuite elle nous propose d'identifier notre désordre visible (les boites vides) ou virtuel  (un ordinateur avec des tas de fichiers inutiles) et aussi celui des autres.

 

A propos du désordre des autres (j'ai trois enfants qui gardent tout), j'ai bien aimé son conseil plein de bon sens.


Elle nous propose de renoncer à changer les autres mais plutôt de montrer l'exemple. et cela marche plutôt bien car en effet, lorsque je me suis mise à trier à grande échelle, les enfants s'y sont mis à leur tour.

 

Alors, comment faire pour réussir à faire place nette:

 

Elle explique dans la dernière partie du livre comment procéder pour réussir à faire le tri.

 

 

"Regardez tout dans votre maison

et demandez vous :

Qu'est ce que cela symbolise

et comment je me sens ?"

 

Par exemple: lorsque je vois ce pull que j'adorais et que j'ai flingué avec quelques gouttes de javel mais que je n'arrive ni à porter , ni à jeter: je me sens mal ... Le fait même de constater dans quelle énergie cela me met à chaque fois que je le vois a fait que j'ai enfin réussi à m'en débarrasser.

 

Que s'est il passé lorsque j'ai commencé à trier ce que je n'aimais ou n'utilisais plus ? J'ai vu arriver dans ma vie d'autres objets bien plus beaux, plus utiles que j'ai trouvé (comme par hasard) en super solde.

 

Par exemple: lorsque j'ai enfin réussi à jeter mes pantalons fétiches, mais au bout du rouleau, je suis enfin tombée sur LA marque qui me convenait, alors que je cherchais cela depuis des années.

 

Cela marche avec le couteau qui n'aiguise plus, le verre ébrèché et même avec tout ce que l'on a pu recevoir et qui ne nous plait pas.

 

Elle propose aussi de préparer 5 boites (des cartons dans mon cas):

① Boite déchets (dont le contenu ira à la poubelle)

② Boite réparations

③ Boite recyclage (recyclé, vendu, trié)

④ Boite transit (affaires qui seront stockés dans une autre pièce)

⑤ Boite dilemme (en attente de décision)

 

J'ai préparé mes cinq cartons et je les ai placés dans chaque pièce, devant chaque placard. J'ai tout sorti et devant chaque objet, je me suis demandé comment je me sentais (j'adore ou bien cela me plombe de le voir ?)

 

Conclusion:

Plus je trie, je donne, je jette et mieux je me sens.

Je gagne un temps fou devant mes armoires pour trouver ce dont j'ai besoin.

Je me sens bien de ne pas avoir à me demander si tel vêtement me va ou si tel objet fonctionne. 

 

 

Comme cela fait du bien

de se sentir légère 


❀  ❀  ❀  ❀  ❀  ❀ 

 


 

"Simplifiez votre intérieur" de Karen Kingston 

"L'art de la simplicité" de Dominique Loreau

☞  "Le désordre bloque l'énergie", un billet de Marie Silva

☞  "Le changement fait du bien à l'âme" par Marie-Lore Staudt


Repost 0
Published by Florence - dans LECTURE
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 23:36

 

editions_la_martini_re_-_livre_-_j_irai_dormir_chez_vous_ca.jpg

 

 

Normalement lorsque je vais chez Gibert Jeune, je file direct au sous-sol m'approvisionner en cahiers et en carnets pour éviter d'être happée par tous ces livres merveilleux qui m'attendent et qui m'attirent.

 

Bref,

Carnets d'un voyageur taquin: 1            Florence: 0


 

Il avait été mis en valeur sur un comptoir grâce à sa présentation verticale et j'ai commencé à le feuilletter "pour voir" ...  J'ai été littéralement aspirée, par les images, par le ton des récits et par la mise en page très réussie.

 


51B0QA-0YkL._SS400_-copie-1.jpg

 

Source image

 

J'avais vu quelques vidéos de l'émission d'Antoine de Maximy et j'avais bien aimé son côté aventurier et culotté (tout ce que je ne suis pas).

 

Le livre a une autre dimension car il explique les dessous de l'émission, les difficultés et les doutes qu'il a souvent eus. C'est l'histoire d'un projet, simple et sans beaucoup de moyens au départ et qui prend ensuite de l'envergure.

 

 

Il boucle également les récits en racontant ce qu'il a compris d'une situation vécue et filmée avec le recul et les explications obtenus à son retour grâce à des amis qui peuvent lui traduire ce que disent ses hôtes ou qui connaissent bien le pays visité.

Par exemple, lors de son reportage au Maroc, il n'avait pas réussi à se faire inviter chez cet homme adorable dont la tache était de chauffer un hammam à Marrakech pendant 6 mois de l'année pour ensuite rentrer dans sa famille.

Il termine son reportage en disant: "Finalement, il m'aura fait faux bond".

Dans le livre il écrit qu'il a compris à posteriori que cet homme, plein de pudeur,  n'avait pas de maison et qu'il dormait dans la rue.

 

Il raconte comment il est souvent arrivé dans un pays avec tous les préjugés qu'il avait entendu avant son départ et que l'expérience sur place lui avait souvent prouvé qu'ils étaient faux. Oui, les ... sont rigolos. Oui, les ... sont accueillants etc.

 

 

J'ai souvent été stupéfaite devant son culot comme dans cet extrait du carnet en Chine:


" Au moment de ressortir [ de la cité interdite], je remarque que la police ne laisse passer les gens que dans un sens, vu la densité de la foule. Il faut faire le tour, au moins quatre kilomètres. je n'ai pas le temps !

Je vais donc voir un premier policier, qui me fait signe de rebrousser chemin. Alors je fais de grands gestes en parlant beaucoup, mais avec un grand sourire. Désarçonné, il a un mouvement embarassé pour me dire qu'il ne comprend pas.

Sans me départir de mon énergie, je vais voir un autre policier et je recommence mon manège. Même résultat.

J'en avise un troisième, qui ne sait pas non plus qu'elle attitude adopter.

J'ai trouvé la solution à mon problème: de policier en policier, je remonte la foule à contre courant, et lorsque j'arrive au dernier, je n'ai plus rien à lui dire puisque je suis dehors !"

 

 

Oui, il est rigolo, oui les images sont dépaysantes oui, il y a des photos de lui tout nu dans le bouquin, on ne voit pas grand chose, quelle déception. C'est page 215, mais ce livre m'a apporté autre chose.

 

Antoine de Maximy se frotte aux autres en permanence puisque son challenge est de réussir à se faire inviter gratuitement chez les gens, tout cela en les fimant et en se fimant lui même (il est tout seul, sans équipe technique).

 

 

Plus l'endroit est au milieu de nulle part et plus il aime, plus les situations sont imprévisibles et incongrues et plus cela l'enchante. Il raconte par exemple que l'assistante de production c'était trompée un jour, en prenant pour lui un billet pour Bucarest à la place de Budapest. Et bien pas de problème, au contraire, va pour Bucarest et vive l'imprévu !  

 

C'est un livre qui m'a connectée à l'énergie du lâcher-prise, du jeu, de l'humour face aux aléas de la vie de son auteur. Ce que cela apporte d'être totalement ouvert aux gens également.

 

Ce journaliste est authentique: il partage ses joies, ses doutes, ses plantages mais toujours avec un enthousiasme communicatif.

 

 

Le message le plus important que j'ai reçu est la manière qu'il a de se lancer dans la vie, vers les autres avec ses antennes largement déployées

En effet, il s'est souvent retrouvé isolé, quelques fois dans des situations dangereuses et il se fiait totalement à son ressenti qui lui disait de ne pas rester avec certaines personnes, de ne pas entrer dans certaines maisons, de partir vite lorsque le danger était très proche.

 

 

Je pars à l'aventure, j'accepte toutes les situations (blocages, problèmes techniques avec les caméras) dans un lacher prise total et même avec un enthousiasme débordant face à la nouveauté.

Je vais vers les autres avec mon ressenti et mon discernement branchés au maximum afin de me sentir toujours juste et en sécurité et je passe des moments de partage géniaux même lorsque nous ne parlons pas la même langue. La communication du coeur fonctionnant parfaitement bien dans ces cas là.


51HdR044dzL._SS400_-copie-1.jpg

Source image


 

C'est mon livre thérapeutique du moment :-)


Repost 0
Published by Florence - dans LECTURE
commenter cet article
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 15:11
Le livre qui m'a le plus apporté récemment, c'est celui-ci:

" L'art de la simplicité" de Dominique Loreau

Désencombrer son espace des objets inutiles:


J'ai eu, grâce à ce livre, une espèce d'électrochoc, un vrai déclic par rapport au nombre d'objets que je stocke depuis des années dans ma maison.

Alors depuis, je trie (placard par placard, pièce par pièce), je donne, je jette, je vends et cela me fait un bien fou.


Je confirme pour le vivre actuellement: se détacher, alléger son environnement matériel permet d'alléger sa vie. 
 
Supprimer immédiatement les sources d'émotions négatives:
 
Dans le même ordre d'idée, l'auteur propose de nettoyer, de réparer ou de jetter carrément ce qui ne fonctionne plus ou mal. Cela a l'air un peu bête comme conseil mais pas du tout, j'explique:
Vous connaissez le syndrome du pot à crayons rempli de stylos qui ne fonctionnent pas lorsque l'on en a besoin en urgence. Je sais dans quel état cela me met, je sais quelle émotion négative cela déclenche chez moi.
Alors pourquoi, jusqu'à présent, je ne triai et ne jettai pas tout de suite ces outils inutiles ?  Mystère ...
Bref, maintenant j'agis immédiatement et cela fonctionne de la même façon pour d'autres exemples : des traces de doigts sur une porte (on essuie tout de suite et cela ne nous polluera plus la vue) , une lettre à poster qui traine depuis une semaine  ...
En agissant ainsi, je laisse la place à des émotions positives tout simplement.

Reprendre contact avec son enveloppe corporelle:

L'autre sujet qui m'a frappé se situe dans le chapitre sur le corps.
L'auteur habite au Japon et elle décrit un rituel de brossage de l'ensemble du corps lors du bain ou de la douche.
A mon sens, je pense que c'est très important et cela m'a fait comprendre pourquoi j'ai besoin physiquement de le faire avec un gant marocain.
Cela permet de se reconnecter avec son enveloppe corporelle  dans sa totalité.
Oui, cela prend du temps mais cela fait un bien fou.
Prendre le temps de masser la totalité de son corps avec un lait hydratant procure le même bien-être.      

Vous tilterez sans doute sur d'autres sujets qui correspondront plus à vos envies et vos besoins à vous mais je vous conseille vivement ce petit guide de vie.

Repost 0
Published by Florence - dans LECTURE
commenter cet article
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 19:50


Dans la salle d'attente de mon homéopathe, je découvre chaque fois des trésors, comme ce livre :

"Les grandes vacances" contient des photos de Robert Doisneau et un texte de Daniel Pennac   


Robert Doisneau


Je retrouve des images qui pourraient très bien figurer dans l'album photo de mes parents, ma mère ayant exactement ce look là à l'époque ...

Robert Doisneau

Les textes de Pennac sont plein d'humour. En voici un extrait :

Dans les hotels, à l'époque, il fallait remplir une fiche de police. Venant de ? Allant à ? Ce genre de questions...
Doisneau répondait invariablement, avec son écriture sage: Venant de Vladivostok, Allant à Ouagadougou. Pierrette riait. Annette et Francine admiraient ces parents aventuriers qui se jouaient des pandores.
Vaguement inquiètent, tout de même:
"et si les policiers s'en aperçoivent ?"
Doisneau y avait pensé: "Alors nous serons obligés d'aller à Ouagadougou..."
Pierrette ajoutait, épuisée d'avance:
"En passant par Vladivostok."



Robert Doisneau

Repost 0
Published by Florence - dans LECTURE
commenter cet article