Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

flo par macaron pn

Crédit photo: Michel Daubrosse

floboux@gmail.com

Recherche

Archives

7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 11:18

Elle est dans tous les media en ce moment Elisabeth Badinder et son dernier livre m'interpelle forcément puisqu'il s'intitule :


Je me jette donc sur cette vidéo pour en savoir plus et là :

Les bras m'en tombent




Je sens que j'ai besoin de digérer ma colère contre ce discours  et je me demande comment je vais réussir le faire.

Puis je tombe  sur le magazine TOP NATURE  distribué gratuitement chez Biocoop dont l'édito me plait beaucoup. Coline Enlart me redonne le moral tant la réponse qu'elle propose me parait juste.

Nouvelle-image.pngtouche ctrl et touche + pour agrandir
touche ctrl et touche - pour revenir à la dimension de départ
Merci Coline Enlart de rappeller en post-scriptum la notion de Couple.

Plus je découvre le discours des intellos appartenant en particulier à la tranche d'âge d'Elisabeth Badinter et plus j'apprécie de fréquenter de jeunes couples qui me servent d'exemple: ils partagent réellement les tâches et ils portent ensemble  et tranquillement la responsabilité de leur choix de consommation.

Il y en a de plus en plus, tout change ... OUF !

Tout cela me donne bien envie de relire  la petite fable éducative de Tristan à propos du positionnement de maman.

Partager cet article

Repost 0
Published by Florence - dans FOOD FOR THOUGHT
commenter cet article

commentaires

arlette soum 08/01/2011 01:07


les femmes veulent élever leurs enfants,ne pas travailler ou arrêter de travailler pour se consacrer à cette tâche.C'est le rêve de beaucoup de femmes, de la majorité même me semble-il.
Cela signifie néanmoins si l'on ne travaille pas,si l'on n'est pas autonome financièrement que l'on confie sa vie à la personne qui nous permettra de nous nourrir de nous vêtir. Que nous serons
définitivement tributaire du bon vouloir de cette personne et sous sa dépendance comme nous étions enfants sous celle de nos parents.
La situation rêvée: un mari qui gagne bien sa vie,une maison confortable des loisirs de la culture etc...Combien de femmes peuvent espérer ce genre de vie? peu assurément!
On peut aussi être protégé par une fortune personnelle...
Cela aussi concerne peu de femmes!
Après, il y a les femmes,toutes les femmes qui souhaitent avoir des enfants mais qui savent qu'un seul salaire ne sera pas suffisant pour construire leur foyer.Ces femmes là
vont travailler et ne pourront s'arrêter que le temps légal à la naissance de leur enfant.Cela les empêchera-t-elles d'être de bonnes mères,de faire à leurs enfants du tout bon du tout bio?Je ne
crois pas.De les allaiter, certainement du moins très longtemps.
Elisabeth Badinter est une féministe.Elle connaît l'histoire des femmes,leur combat pour des salaires dignes
pour des crèches,pour la contraception,pour le droit à l'avortement,pour la protection contre les violences conjugales etc...
Elle est la femme de tous ces combats.Bien qu'ayant une fortune personnelle et un mari largement susceptible d'assurer son entretien,elle a toujours vécu des bénéfices de son travail.
Aujourd'hui,avec la difficulté de trouver du travail,beaucoup de femmes choisissent d'élever leurs enfants, au moins un certain temps.Allaiter,nourrir ses enfants avec du bio est le nouveau
credo.Ramener les femmes à la maison et libérer des postes est le doux rêve de bien des politiques...
Je pense que ce n'est que cela que dit E Badinter.Arrêter de travailler c'est prendre le risque petit à petit de perdre tous ces droits si difficilement acquis.Soyez prudente...Mais si vous désirez
des enfants,si vous rencontrez le super compagnon qui ne s'épuisera pas de voir des petits voraces accrochés aux seins de leur épouse
vivez votre rêve...C'est votre droit!
ANNE


Florence 09/01/2011 17:13



Chère Anne (ou Arlette),


Je vous remercie vraiment pour votre commentaire car vous partagez votre avis avec un calme et une douceur féminine qui me ravissent.


Je comprends d'autant mieux votre avis que vous décrivez à l'identique mon ancienne vie.


Je comprends aussi que, comme Laurence qui commente plus haut, vous ayez envie de modérer mes propos vis à vis d'Elizabeth Badinter.


Je suis d'accord pour dire qu'elle défend la condition des femmes qui en ont besoin encore aujourd'hui.


En revanche, ce qui m'avait fait bondir dans ses propos, c'était l'amalgame entre l'envie de vivre d'une manière plus écologique et la condition féminine. Je rejoins Coline Enlart lorsqu'elle dit
que l'envie de vivre et d'élever ses enfants d'une manière plus écologique peut être portée par le couple et non pas par seulement la femme.


Je ne sais pas si je vais réussir à exprimer clairement mon ressenti sur la question mais en gros, je pense aujourd'hui que les jeunes générations partagent mieux les mêmes valeurs en matière
d'écologie, d'éducation des enfants etc ... et les femmes montrent le chemin, elles ont compris l'importance de modifier l'alimentation de leurs
enfants, par exemple.


De même, elles n'hésitent pas aujourd'hui à laisser leur job de salariée pour se lancer en free-lance afin d'être plus proches de leurs enfants (en ce début d'année, dans la blogosphère, je ne
lis que cela).


A elles aujourd'hui de choisir (ou de changer pour) un partenaire de vie qui aura les même valeurs et qui saura apporter son aide pour que la
cellule familiale vive dans ces nouvelles valeurs, plus respectueuses de la planète, sans que ce soit la femme qui porte cela toute seule. 


Je connais des jeunes femmes qui sont écolos et aussi très féminines, voir même "Barbies" Elles ont rencontré des hommes charmants, épanouis, conscients des enjeux de la planète et qui portent
avec elles les choix de vie de la cellule familiale. Ah, c'est sûr, ce type d'hommes est rare dans les générations 50-70 ans mais il en existe aussi., j'en ai rencontré. 


Merci encore pour votre partage bienveillant.


Amicalement



Laurence Gast 19/03/2010 11:39


N'oubliez pas, Mesdames, que sans Madame Badinter et les autres vous laveriez encore les couches de vos enfants et les slips de votre mari à la main dans la bassine remplie d'eau préalablement
chauffée sur la gazinière. Aujourd'hui, vous avez acquis le choix de vivre comme vous le souhaitez, même si toutes, malheureusement, n'ont pas cette chance(réalité économique oblige).C'est de ce
choix-là dont parle Madame Badinter, le choix de faire ou de ne pas faire, mais en tout cas le choix que les femmes, il y a 60 ans n'avaient pas. Ce choix-là, elles, les féministes l'ont gagné pour
nous les femmes du 21 ième siècle. Aujourd'hui, Madame Badinter tire la sonnette d'alarme et c'est tout! En vous signalant que rien n'est acquis et que nous devons rester vigilantes. Vous parlez du
partage des tâches entre hommes et femmes,chanceuses, un récent sondage précise que 80% des femmes s'acquittent seules des tâches quotidiennes sans parler de l'éducation des enfants. Les
régressions sont toujours possibles et le seront toujours, la femme sera toujours la seule à enfanter et les phantasmes autour de la maternité seront toujours présents. Alors ne sombrez pas dans
l'amnésie, dans la somnolence conservato bourgeoise de femmes comblées et établies, mais rappelez vous que c'est à coup de serpes que nous avons acquis cette liberté.
J'en parle d'autant plus aisément que j'ai pris cette liberté d'élever mes enfants, de les allaiter par choix viscéral, de leur faire du tout bio tout bon tout équilibré. Mais la peine de ma mère,
de ses os rongés d' l'arthrose par trop de travail mais qui n'a jamais faibli qui n'a jamais failli dans sa quête d'autonomie, ça je ne l'oublie pas!!
Nous devons tout à ces femmes et leur regard sur le monde est bien loin d'être dépassé.


Florence 19/03/2010 12:24


Bonjour Laurence et bienvenue ici.
Je t'avoue ne pas remettre en question le boulot de fond effectué par les féministes.
En revanche, je lui reproche d'avoir un discours décalé et infantilisant par rapport au positionnement des jeunes ménages d'aujourd'hui.




La Romanche 11/03/2010 20:23


ça me fait tellement plaisir qu'autant de femmes (et d'hommes) réagissent à l'intervention de Mme Badinter sur France Inter ! Elle en a déçu plus d'un et d'une ce jour là !!


Florence 12/03/2010 17:22


Oui, on dirait bien que les beaux discours ne suffisent plus aujourd'hui ;)


Prune 08/03/2010 17:39


J'ai été moi aussi scandalisée par ce que disait cette femme. Je n'ai pas encore d'enfants mais il me semble naturel par exemple de penser allaiter mes futurs enfants, c'est un choix et pas un
esclavage je pense. J'ai noté en effet un retour "au foyer" pour pas mal de jeunes femmes d'environ 37 ou 38 ans, qui élèvent leurs enfants et ont arrêté de travailler. Mais elles me semblent
plutôt épanouies et heureuses de leur choix, et envisagent de reprendre un travail quand leurs enfants seront scolarisés.
Cette dame a une vision assez réductrice des choses.


Florence 08/03/2010 22:05


D'accord avec toi Prune ...


caroline 08/03/2010 07:14


Si la prise de position de cette femme fait couler autant d'encre, c'est que son discours doit déranger! les uns sur le fond, les autres sur la forme ou les deux!.... Perso, je respecte, c'est son
point de vue, ce qui me chiffonne, c'est qu'elle se serve de sa notoriété pour asséner un message bien simpliste et ne laisse la porte ouverte sur aucune possibilité d'envisager le problème
différemment. Je crois en la capacité des femmes à être responsables de leurs choix et de leur libre arbitre, et ne pense pas qu'un tel discours change quoi que ce soit aux personnes qui vivent
"dans la vraie vie"!!!


Florence 08/03/2010 09:25


Merci pour ton commentaire si sage, Caroline. J'aime beaucoup en particulier la dernière phrase.
Maintenant, je t'avoue que cela m'a fait plaisir de parler de ces deux approches si différentes car je ressens l'espèce de joie et de liberté que nous apportent les jeunes générations.
Ce sont elles qui posent les gestes sans forcément faire de grands discours ...