Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

flo par macaron pn

Crédit photo: Michel Daubrosse

floboux@gmail.com

Recherche

Archives

25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 17:26

Nous sommes quatre, assis dans le métro et nous allons à l'anniversaire d'une amie. Comme souvent dans le métro parisien, un SDF monte dans la rame et passe quêter.

Je déteste ça, cela me perturbe et je donne rarement.
Mes deux amis, un homme et une femme tournent le dos au mendiant qui raconte qu'il n'a pas de travail, ni d'endroit où dormir.
L'homme se tourne vers la femme et dit "tu donnes ou moi je donne ?"
Finalement, ils tendent chacun une pièce et c'est là que je prends conscience du regard que mon amie offre au SDF.

Son regard est rempli de respect.

Ma compréhension de la situation bascule et je suis bouleversée.
Je me dis que c'est soudain évident pour moi: personne ne peut choisir d'être  dépendant pour vivre du bon vouloir des autres.
Je me dis que si les bouddhistes ont raison et que nous nous réincarnons en choisissant à chaque fois notre chemin de vie, ce serait donc une décision d'âme de traverser cette vie si difficile ?


Quelques jours après, je tombe "par hasard" sur cet article de David Servan-Schreiber  qui finit d'enfoncer le clou.

Je le lis à mes enfants afin de leur demander ce qu'ils en pensent et l'un d'eux conclut en disant:
"Tu sais, lorsque l'on est enfant, on ne comprend pas pourquoi les parents ne donnent pas systématiquement aux clochards"

Messages reçus ...




Partager cet article

Repost 0
Published by Florence - dans FOOD FOR THOUGHT
commenter cet article

commentaires

Thalie 26/01/2010 22:51


Merci Florence pour ce bel et courageux article. Il me donne à réfléchir.
Je t'embrasse bien fort


Florence 27/01/2010 12:44


Merci Thalie, plein de bisous pour toi aussi.


Prune 26/01/2010 16:03


Vaste sujet ! Souvent, je ne donne pas car je me trouve de bonnes excuses. Mais j'ai honte, et je le vis mal parfois. Et quand je donne, j'essaie toujours de regarder la personne dans les yeux,
parce que regarder vraiment quelqu'un, c'est lui montrer qu'il existe à nos yeux, qu'il est un être humain comme nous... Il y a trop de gens qui évitent leur regard...


Florence 27/01/2010 12:43


C'est drole que tu parles de "bonnes excuses" Prune, car en écrivant le billet et en pensant à mes "bonnes excuses" je me suis dit en fait "ce ne sont que de mauvaises excuses".
Ouch, lorsque je prends le temps de m'écouter penser, mon ego en prend un sacré coup ;)
Bises et merci pour ton com


Tristan 26/01/2010 10:32


Super ! Ce que j'aime chez toi Florence c'est que tu ne fais pas semblant d'être parfaite, c'est pour ça que je te trouve parfaite ! Plein d'amour pour toi !
Ton expérience est géniale


Florence 27/01/2010 12:39


Je t'avoue qu'il y a un deuxième effet kisscool: vous m'avez prouvé qu'en étant juste soi, posé dans ses valeurs, dans l'action juste, des messages sont envoyés et reçus (sans faire d'effort, sans
mettre une intention)...
Merci Tristan
Bisous


Marie-lore 25/01/2010 22:57


oui merci Florence de ce message. Avant de rencontrer mon amoureux, je donnais parfois. Je donnais à ceux que j'estimais gagner cet argent parce qu'ils vendaient des magazines ou jouaient de la
musique... Et quand je l'ai vu donner systématiquement, je lui ai demandé, "pourquoi donnes-tu à cette personne, il ne fais que mendier!". Il me réponduit: "il n'a certainement pas d'autres
solutions, sinon, il ferait autrement ne crois-tu pas?" et là j'ai vu toute ma dose de jugement dans mon don... Maintenant je donne point.Et plus je donne, plus je reçois... du coup je donne
mieux!
Je t'embrasse ma tendre amie.
:o)


Florence 27/01/2010 12:36


Merci à toi
Pour l'exemple et pour pointer notre jugement continuel ...
Plein de bisous


Christian Julia 25/01/2010 20:38


nous sommes l'extension de la même source, que nous soyons nantis ou pauvre
et ce geste d'amour, cette parole, ce regard donné, cette ouverture du coeur est un divin cadeau.
Il n'y a rien de pire que l'indifférence et la vie citadine malheureusement favorise ce comportement, chacun court dans sa petite histoire en croyant qu'il la vit de façon séparé, alors que nous
sommes tous reliés.
Merci en tout cas Florence pour cet article, j'y ressens une belle émotion et cela est touchant, c'est un beau cadeau que tu fais à tes lecteurs(trices)
je t'embrasse


Florence 27/01/2010 12:29


Merci à toi pour ce gentil commentaire
Bises