Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

flo par macaron pn

Crédit photo: Michel Daubrosse

floboux@gmail.com

Recherche

Archives

29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 20:13

4-2998.JPG

 

Lorsque j'ai posé le pied sur le tarmac de l'aéroport, des larmes se sont mises à couler le long de mon visage.

 

C'étaient des larmes de bonheur et de joie alors que je retrouvai ce pays que j'aime tant.

 

 

4-2952.jpg

 


Un séjour d'une semaine pendant lequel je me suis ressourcée complètement. J'ai aussi travaillé sur moi avec mes accompagnants.

 

Astrologie, Reiki, Shiatsu, équitation, marches, vélo, danse, cours de cuisine marocaine, repos, plage, beaux surfeurs, complicité et éclats de rire ...

 

Et ce riad (privé, désolée, sinon je vous aurait bien donné l'adresse), pour nous seuls, qui a comblé mes sens:

 

4-2732.JPG

 

4-2834.JPG

4-2730.JPG

 

4-2739.JPG


 

4 2745

 

4-2877.JPG

 

4-2814.JPG

 

Dans cet endroit somptueux,

se trouvait une étrange allée

encadrée de deux haies de cactus

plus grands que moi.


4-3005.jpg

 

Le dernier jour, j'ai enfin osé me diriger vers cet endroit qui ressemblait fort à une espèce de chemin initiatique.

 

"Et si je parcourais cette allée sans peur et en profitant des odeurs et des sons merveilleux qui m'entourent ?

 

Et si je décidais de me sentir en sécurité totale sur ce chemin, parce que finalement, avec un peu de conscience et d'attention, je peux le parcourir à mon rythme sans le moindre risque et même plus, avec beaucoup de plaisir".

 

Je me suis mise à sourire en me souvenant que dans le désert, les cactus peuvent sauver la vie du voyageur en manque d'eau.

 

La menace s'est transformée en sécurité, le cheminement en plaisir et j'ai compris que même lorsque mon environnement me parait hostile, j'ai la possibilité de me recentrer pour le vivre au mieux.

 

Le chemin des cactus géants

où comment changer son regard sur la vie.

 

 

❀ ❀ ❀ ❀ ❀ ❀

Merci Marie-Lore et Tristan


Partager cet article

Repost 0
Published by Florence - dans MAROC
commenter cet article

commentaires

vert citron 11/04/2013 15:22

c'est vrai que ce chemin est un peu effrayant comme ca! peur de tomber à coté!! ;)

Florence 09/05/2013 15:07



C'était un drôle de chemin en effet, mais une fois dedans, il n'était pas si impressionnant que cela.


Bonne journée à toi, Mélanie et bravo pour ton passage sur Canal.



Florence la Géomancienne 02/04/2013 14:18

Merci pour ce partage ! J'aime beaucoup l'image du cheminement entre les cactus géants... En lisant le blog de Marie-Lore, que je suis régulièrement, j'ai eu le sentiment que pour elle également ce
séjour a marqué un vrai renouveau et qu'en vous accompagnant, elle-même s'est retrouvée. Une belle année qui s'annonce pour tout le monde, donc :-)

Florence 03/04/2013 12:38



Nous nous sommes tous reposés, ça c'est sûr ! 


Oui, une belle année pour tout le monde et pour toi aussi, Florence.



Thalie 30/03/2013 19:14

Trouver la paix intérieure, sur un chemin bordé de cactus plus haut que toi - check ((-;

Florence 03/04/2013 12:35



C'est toi qui a gagné le pari (private joke inside) !



Elisa Boelle : Beauté, Santé et Cuisine Bio 30/03/2013 16:40

Ouahh, magique !! Merci pour ces belles photos ** je comprends qu'après ce genre d’expérience on se sent revivre !

Florence 03/04/2013 12:33



Une semaine et c'est reparti, dngue non ?


Tu te régalerais avec les bons légumes gorgés de soleil (et avec du gout) du Maroc.



Corinne 30/03/2013 12:28

C'est toujours très émouvant de te lire après tes séjours "accompagnée". Et toujours très tentant !!! A travers tes articles et ceux de Marie-Lore on sent bien toute cette diversité, l'énergie et
l'union qui se crée au sein de ce petit groupe en dehors du travail de chacun... Et puis quel environnement...
Ce chemin bordé de cactus, quelle image ! Bravo pour ton chemin et merci pour ton partage qui tombe (comme à chaque fois) à point nommé !

Florence 03/04/2013 12:32



Ravie que cet article ait eu un écho.


Oi, tu as bien senti l'ambiance des ces retraites particulières, Corinne !